Musique : Tout Ceci Ne Vous Rendra Pas le Congo (Vidéo Clip)


Artiste : BALOJI
Titre : Tout ceci ne vous rendra pas le Congo
Album : Hotel Impala (2007)

Ok, Ecoute-moi

J’ai beau fermer les yeux, j’ai encore ces visions
De corps avachis sur le sol de la route de la perdition
Et j’ai hurlé comme après ma circoncision
Je suis entouré de fantômes ou est-ce la mort qui fait apparition ?

J’en ai pissé dans mon lit, sommeil interrompu
J’ai du mal à en parler à bâtons rompus

J’étais pris de crampes, un talon sur la tempe
À implorer que les enfants décampent
Ils ont voulu nous humilier à travers notre descendance
Que les ovaires de nos femmes soient souillés de leurs semences

Depuis ce jour je dis que notre famille est maudite
La mort gravite autour de nous et je le sens

>> Cliquer sur l’image pour voir la Vidéo

Après les pillages, je suis retourné au village
J’ai abandonné Lucienne, les enfants et mon pays d’ancrage
Prétextant que l’armée chassait les Kasaïens
Mais ce que j’ai fui, m’a rattrapé par un autre moyen
Preuve en est, même si le pays est divisé
Mon fils aîné de 13 ans est rentré dans une de leurs unités

Au pays de la devise et de la débrouillardise
On n’a pas attendu ebay pour faire du troc
Je passe du chantier à la cuisine, du ciment au manioc
Faut investir dans l’avenir comme dit le Front Commun

Je répare un camion pour faire dans les transports en commun
Je viendrai chez vous dès que mes papiers seront fixés
T-shirt à l’effigie de Lumumba et leur faire oublier le Ché

Je rêve de jouer au lotto, boire de cette bière
Du temps de l’Union Minière et du MPR
Visiter votre Matongé, chaussée d’Ixelles
Donne-moi de tes nouvelles par téléphone ou par mail
Que Dieu te garde tu restes dans mes prières, je t’embrasse

Ça ne vous rendra pas le Congo

J’ai reçu ta lettre, fin juin, enfin
Elle m’a laissé mal en point, mais néanmoins
Je n’ai cessé d’en relire chaque mot, chaque phrase
Chaque nom, chaque détail, chaque photo, chaque visage

Est-ce un mirage, une illusion, un hologramme ?
Où est-ce la raison qui a rendu l’âme ?
La terreur vue d’ici c’est comme la terre vue du ciel
Ça paraît loin de nous, ça paraît irréel

Quand je pense à quitter Kin, et les tiens
Qui chassent notre ethnie comme les prénoms chrétiens
Que ton fils est un assassin au regard de braise
À 13 ans trouve son assurance dans un M16

À 14 ans en quarantaine
Ils l’ont pris pour un sorcier car il se défonçait au kérosène
En arrivant dans l’est, il a tué par accident
Un de ses cousins en le prenant pour un partisan

Putain ! L’horreur est humaine, et l’on s’extermine
Il voulait être un sauveur, pas un soldat anonyme

Refrain

Même si l’occident a bon dos
Ça ne vous rendra pas le Congo
Le pillage de nos minéraux, de nos lingots
Ça ne vous rendra pas le Congo
Et reproduire les schémas coloniaux
Ça ne vous rendra pas le Congo
Car la terreur vue d’ici c’est comme la terre vue du ciel
Ça paraît loin de nous, ça paraît irréel

Les enfants de la Libération ne jouent pas aux indiens
Ils voient l’Europe comme le Far West en vain et pour rien
En attendant leur chèque de la Western Union
Rêvent de dévaliser une délégation

Disent les pays en transition, la guerre est une escale
Pour cet idéal, place au plan Marshall
Le règne du Maréchal l’a laissé bancal
Et disent que l’Unesco n’aide que les pays cartes postales

Au lieu de s’affairer aux affaires courantes
Car un tiers du pays est sans courant, ni eau courante
Les guerres ethniques renforcent le statu quo
Le Congo est un terrain de stratego
Tous ses pays voisins devenus rivaux
Dans le pillage de ses minéraux, de ses lingots

Et ça dégringole, le pays est sous contrôle
Et c’est pire qu’au temps de Léopold
Entre la loi de la jungle et celle des protocoles
La révolution a besoin de bénévoles
Et tant que l’opinion publique abdique
Le Congolais reste le nègre de l’Afrique

Refrain

Même si l’occident a bon dos
Ça ne vous rendra pas le Congo
Le pillage de nos minéraux, de nos lingots
Ça ne vous rendra pas le Congo
Et reproduire les schémas coloniaux
Ça ne vous rendra pas le Congo

Congolais à part entière, tous apparentés
Laissons nos différends à part, on a un pays à remonter

Pendant que les virus se donnent comme des prospectus
Les nouveaux missionnaires font de leur Emmaüs
Des petites, moyennes entreprises
Qui ne connaissent pas la crise

La crédulité des gens en guise de budget
Ils investissent où s’arrêtent les O.N.G.
Et j’admire ton courage, ton sens de la débrouille
Ton coeur est trempé dans le zinc, il résiste à la rouille

Mais cesse de croire à leurs séances d’exorcisme
Ils n’ont pas de cure contre le paludisme
Moi, je suis un géant chez les pygmées
Depuis que ma carte verte est périmée, le noir fait déprimer

La dépigmentation de la peau laisse des séquelles
Et le choc est culturel
Notre développement est à l’arrêt comme la Gécamines
Complexés par notre taux de mélanine
L’intégration passera par l’argent
Mais la détermination est le facteur déterminant

Refrain

Même si l’occident a bon dos
Ça ne vous rendra pas le Congo
Le pillage de nos minéraux, de nos lingots
Ça ne vous rendra pas le Congo
Et reproduire les schémas coloniaux
Ça ne vous rendra pas le Congo
Car la terreur vue d’ici c’est comme la terre vue du ciel
Ça paraît loin de nous, ça paraît irréel

Avant de filer à la Congolaise
Je voulais revenir à la genèse

Congolais du Sud, du Nord, de l’Est, de l’Ouest
Tous Congolais à part entière donc tous apparentés
Laissons nos différends à part, on a un pays à reconstruire

Le changement donne le vertige
Mains qui donnent, mains qui dirigent
Évolués mais dépendants
Main qui donne main qui apprend

Les frères se déchirent pour des billets à l’effigie de Lincoln
Toujours le même cancer qui ronge sur le tropique du capricorne
C’est le règne du veau d’or
Les frères noient leur esprit dans la spiritueuse
Ils croient en Dieu avant de croire en eux

Prédication de Dieudonné Kabongo :

« Ecoute moi, écoute moi bien mon petit.
Tu sais pourquoi, sais-tu pourquoi muanami ?
Un jour des bwanas sont arrivés par bateaux.
Ils en sont descendus, ils avaient un drapeau.

Ils l’ont planté devant nous en criant que notre terre était désormais leur terre.
On avait beau rouspéter en priant et en criant,
On n’avait pas de drapeau donc fallait se taire.

Et comme on priait. Comme on priait
Ils ont sorti une Bible.
Ils nous ont appris à prier les yeux fermés
Et quand on a rouvert les yeux, nous avions leur Bible en main
Et dans leurs mains, ils avaient notre terre.

Va falloir jeter un coup d’oeil sur Mama Congo
Va falloir redorer son blason de terre promise
Va falloir reprendre notre terre, même en gardant la Bible
Car celle-ci nous apprend l’amour du prochain,

Aimer le Congo, c’est bien être capable d’aimer le Congolais.

Faire du bonheur de l’autre, la priorité de notre propre bonheur.
Mama Congo, Mama Congo ne tombera pas,
À cause de toi, à cause de moi, à cause de nous.

Lire la suite

Acheter le Titre  » Tout ceci ne vous rendra pas le Congo »

Acheter l’Album Complet « Hôtel Impala »