Bénin : Présidentielle 2016, Réckya Madougou sort de ses gonds et réclame la démission du Banquier Lionel Zinsou, 1er Ministre récemment nommé qui avait déclaré que l’Afrique appartenait à l’Europe

reckya-madougou-696x375

Ancien ministre sous Boni Yayi et l’une des femmes les plus influentes de l’Afrique, Réckya Madougou a, selon ses propres propos, cédé face à la « la surdité et la cécité actuelles de ses interlocuteurs ». Dans une publication, elle donne sa lecture de la vie sociopolitique actuelle du Bénin en abordant entre autres, le bilan de Boni, le cas Lionel Zinsou ainsi que l’organisation de la présidentielle du 28 février.

« J’avais alors nourri l’espoir que notre pays connaîtra un changement de régime, des plus paisibles. Hélas me voici de nouveau associant ma voix à la protestation en m’indignant, nonobstant la ruée massive vers l’or, à laquelle s’adonne une certaine classe politique. Parce que notre pays est à un tournant décisif de son histoire, la femme engagée que je suis ne saurait y rester insensible »

C’est ainsi que Réckya Madougou résume le bilan du président Boni Yayi dont le soutien public à Lionel Zinsou est une « démarche qui induit, hélas, une fâcheuse tendance à se servir des moyens de l’État pour faire campagne, faussant ainsi le jeu démocratique qui impose l’équité ».

C’est pourquoi elle exige du candidat Lionel Zinsou :

  1. qu’il démissionne sans délai de son poste de premier ministre ;
  2. qu’il restaure sa/notre fierté de Béninois en faisant rectifier sur la chaîne de télévision française TFI, cette infamante affirmation dans un élément diffusé à sa gloire : « c’est le seul Français à la tête d’un état africain » ;
  3. qu’il rétablisse la vérité en France et de façon honnête en corrigeant cette bourde qui lui a fait annoncer à des assises de l’UMP que « l’Afrique appartient à l’Europe qui l’ignore » et qu’il présente des excuses publiques à l’endroit de l’Afrique toute entière pour un tel dénie de sa douloureuse histoire.  Lire la suite

Voir :