Opinion : « Partout où les Occidentaux Débarquent pour Répandre la Démocratie, les Catastrophes Suivent »

1837537

A l’occasion de la sortie de son premier recueil de nouvelles « Etranger dans le mariage » (éd. JC Lattès), le réalisateur Emir Kusturica évoque ses racines et une actualité, en Ukraine, qui lui rappelle les guerres en ex-Yougoslavie. Il fustige les Américains et défend Vladimir Poutine.

Emir Kusturica, le réalisateur doublement primé à Cannes pour Papa est en voyage d’affaires (1985) et pour Underground (1995), est un formidable raconteur d’histoires. Son premier recueil de nouvelles, Etranger dans le mariage, explore ses racines familiales dans cette Bosnie encore yougoslave qui arborait sa multiculturalité avec bonhomie.

Nostalgique de cette fédération, Emir Kusturica veut briser aujourd’hui les clichés sur sa nouvelle patrie, la Serbie, et sur cette Russie tant décriée. Autant dire que sur le dossier ukrainien, il a choisi la défense de Vladimir Poutine contre les Américains, plus que contre les Européens. Extraits de l’interview publiée cette semaine dans Le Vif/L’Express.

Levif.be : Vous vous désolez d’une ex-Yougoslavie multiethnique, se composant désormais de six républiques. Qu’est-ce qui s’est achevé avec la guerre et ces scissions ?

Emir Kusturica : La multiculturalité, or celle-ci est nécessaire pour le vivre-ensemble. La pluralité des cultures apporte différentes saveurs à la vie.

Après la destruction de la Yougoslavie, on est entré dans une ère où la civilisation nous prive de culture, alors que celle-ci développe la civilisation ! Que va devenir cette dernière sans culture ni racines ? Le rôle des artistes est d’offrir un espace d’expression aux gens. La culture a un pouvoir énorme, tant elle rapproche les êtres et les civilisations.

Rejetez-vous la principale responsabilité du conflit ukrainien sur les Occidentaux ?

Pas sur les Occidentaux, sur les Américains. D’abord, les Américains avaient promis à Mikhaïl Gorbatchev, le dernier président de l’URSS, de ne pas étendre l’Otan vers l’est de l’Europe. Ils ont pourtant créé un contexte favorable à cette extension. Ensuite, la Russie, l’Allemagne et l’Union européenne avaient convenu d’entamer des négociations sur la transition à Kiev.

Or, deux mois avant leur lancement, les Américains ont fomenté un coup d’Etat, renversé le président pro-russe Viktor Ianoukovitch et lancé la révolte de la place Maidan. La mort de manifestants et de policiers sous les balles de snippers m’a rappelé le début de la guerre de Bosnie à Sarajevo : une manifestation pacifique se transforme en drame quand des tireurs embusqués visent la foule …

On a accusé les Serbes mais personne n’a jamais su qui étaient les snippers. Sur les événements en Ukraine, le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Paet a rapporté à Catherine Ashton, la haute représentante pour la politique extérieure de l’Union européenne, le témoignage d’une médecin ukrainienne qui pointait une responsabilité de l’opposition dans les tirs de snippers.

Au début du conflit en Ukraine, vous avez exprimé votre soutien à Vladimir Poutine. Est-ce toujours le cas aujourd’hui ?

Absolument. Mais en fait, la question n’est pas d’être pour ou contre Poutine. Il s’agit d’être opposé aux néo-nazis. Comment pouvez-vous accepter la présence de nazis ukrainiens aux avant-postes du combat de l’opposition, conjuguée aux doutes sur le déclenchement de la révolte de Maidan ? […] Lire la suite

Acheter le livre d’Emir Kusturica

Voir aussi :

Opinion : Emir Kusturica « Le cercle vicieux de la guerre et du profit fonctionne à merveille! » (Vidéo FR)

Opinion : Crise Migratoire de l’UE – Arrêtez les Guerres Illégales ! N’accusez pas les Victimes !

Opinion : La double lutte de la minorité musulmane

Opinion : En Politique comme dans les Entreprises, « les Médiocres ont pris le Pouvoir”