Centrafrique : Des Soldats Français Accusés d’Avoir Violé des Enfants avec des CHIENS (Vidéo FR) !?!?


Les nouveaux cas d’abus et d’exploitation sexuels par des soldats de la mission française Sangaris allégués en République centrafricaine sont « particulièrement révoltants et odieux », a dénoncé l’ambassadeur français auprès des Nations unies, François Delattre. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est aussi dit « profondément choqué ».

Sangaris rime de plus en plus avec supplice pour la population centrafricaine. Déjà au coeur d’une enquête de la justice française pour des cas présumés de viols, la mission française en République centrafricaine fait aujourd’hui face à de nouvelles accusations de viols, et même de bestialité… L’ONU enquête ainsi sur des allégations de sévices – plus d’une centaine – commis par des soldats français ainsi que des Casques bleus de l’ONU.

Les faits rapportés sont particulièrement sordides. L’ONU a en effet reçu des informations indiquant que des soldats français de Sangaris auraient forcé en 2014 des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec des animaux en échange d’une petite somme d’argent, a indiqué un de ses responsables à New York. Selon l’ONG AIDS-Free World, trois jeunes filles ont affirmé à un officier des Nations unies qu’elles avaient été déshabillées et attachées par un militaire de Sangaris dans un camp puis forcées d’avoir des relations sexuelles avec un chien. Ces faits « n’ont pas été confirmés », a souligné le porte-parole de l’ONU Stephane Dujarric. Des responsables de l’ONU ont pu interroger 108 victimes présumées d’abus sexuels, en « grande majorité » des mineures, a-t-il précisé, déplorant : « Nous sommes confrontés au fait que des soldats envoyés pour protéger les habitants ont au contraire plongé au coeur des ténèbres ».

Ban Ki-moon « profondément choqué »

Outre la France, ces allégations concernent les contingents burundais et gabonais de la mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca), présents dans la région de Kémo entre 2013 et 2015. « Les cas d’abus et d’exploitation sexuels allégués sont particulièrement révoltants et odieux », a dénoncé l’ambassadeur français auprès des Nations unies François Delattre, promettant de « faire toute la lumière » sur ces allégations. Concernant les abus attribués aux soldats français, « il est clair que si les faits étaient établis, des sanctions disciplinaires exemplaires seraient prononcées, en complément de la réponse pénale », a-t-il assuré. Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’UNO, s’est aussi dit « profondément choqué » par ces accusations.

Mais derrière ces déclarations fortes apparaît une organisation des Nations unies qui peine à agir face au problème endémique des abus perpétrés par ses Casques bleus. Un phénomène particulièrement aigu en Centrafrique. Pis, le nombre d’abus sexuels qui auraient été commis par des Casques bleus a connu « une nette augmentation » en 2015 par rapport à l’année précédente, avec 69 cas, selon l’ONU. Devant l’avalanche de cas, Ban Ki-moon avait renvoyé le chef de la Minusca en août mais de nouvelles accusations sont apparues depuis. Le système de sanctions des troupes de l’ONU explique en partie cette lenteur à agir : seuls les pays d’origine des soldats accusés peuvent sanctionner pénalement les coupables et ils le font à reculons.

Avant même les dernières accusations, le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU Hervé Ladsous proposait donc, dans un entretien à l’AFP, d' »obliger les Etats contributeurs à agir ». Il s’agirait notamment de prélever l’ADN des soldats au moment de leur recrutement afin de mieux pouvoir enquêter si besoin ensuite, ainsi que d’accepter « d’organiser des cours martiales in situ, dans le pays » où ils servent. S’attaquant pour la première fois à ce fléau, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté avec difficulté le 11 mars une résolution qui prévoit de rapatrier des contingents entiers de Casques bleus en cas de soupçon de viols ou d’abus.
La mission Sangaris

La France a envoyé sa force d’intervention Sangaris en Centrafrique en décembre 2013 pour stopper les massacres intracommunautaires. Ces soldats ne font pas partie des Casques bleus mais le Conseil de sécurité les a chargés d’aider au rétablissement de la paix. La France, qui a mobilisé jusqu’à 2.500 soldats au plus fort des violences, compte encore 900 hommes en Centrafrique. La Minusca compte quelque 12.600 militaires et policiers. Lire la suite

>> Cliquer sur l’image pour voir la Vidéo

Ci-après une Vidéo qui montre ce qu’il se passe lorsque les Centrafricains veulent se défendre contre des Casques Bleus et des Militaires Français qui sont, rappelons-le censés PROTÉGER la Population Centrafricaine au lieu de l’agresser.

Centrafrique : Des Casques Bleus tirent sur une foule qui leur est hostile

La situation se corse encore en Centrafrique. Ce lundi matin, des soldats tchadiens de la Misca, la force africaine, ont ouvert le feu sur des manifestants qui protestaient contre leur présence, aux abords de l’aéroport de Bangui. Une personne a été tuée et plusieurs autres blessées, d’après des témoins.

Des soldats français de l’opération Sangaris ont tenté de calmer les manifestants et leur ont demandé de rentrer chez eux : « on va s’occuper des blessés. On va trouver les responsables. Laissez-nous faire ». « S’il vous plaît, rentrez chez vous. C’est pas ici au coin de la rue qu’on va résoudre les problèmes. Rentrez chez vous ».

Les soldats tchadiens de confession musulmane sont régulièrement accusés de complicité avec les ex-rebelles centrafricains de la Séléka à Bangui, capitale à majorité chrétienne. Un porte-parole des milices chrétiennes « anti-balaka » a exigé leur retrait immédiat de Centrafrique.

En mars déjà, le contingent tchadien avait été accusé d’être resté passif pour permettre aux éléments de la Séléka de renverser le président élu François Bozizé, un chrétien, et d’installer à la présidence Michel Djotodia, l’un des leurs, de confession musulmane.

Les incidents de ce lundi viennent compliquer les efforts de la communauté internationale qui tente d’apaiser les tensions interreligieuses dans ce pays. Et ce, alors que les troupes françaises ont été accusées de partialité ce dimanche par des milliers de musulmans après la mort de trois combattants de la Séléka.

Par ailleurs, ce lundi, l’Union européenne a annoncé un embargo sur les exportations d’armes et l’interdiction de l’envoi de mercenaires à destination de la Centrafrique.

>> Cliquer sur l’image pour voir la Vidéo

Voir Aussi :

Centrafrique : Des Soldats Français de la Force SANGARIS sont Accusés d’Avoir Forcé des Jeunes Filles à des Actes de Zoophilie avec des Chiens ?!?!?! (Vidéo FR)

Centrafrique : Les Autorités Françaises ont été Informées qu’1 Équipe de l’ONU avait reçu des Rapports faisant État de Soldats Français de Sangaris qui auraient Forcé des Jeunes Filles à Avoir des Rapports Sexuels avec des Animaux en Échange d’une Somme d’Argent !?!?! (Vidéo FR)

Centrafrique : « Pour avoir un biscuit, il faut que… » – Les Témoignages Accablants des Enfants Centrafricains Victimes de Militaires Français Pédophiles(Vidéo FR)

Centrafrique : L’ONU signale de Nouvelles Accusations d’Abus Sexuels Commis par les Casques Bleus (Vidéo FR)

Centrafrique : Enquête Viols et Pédophilie, L’Armée Française savait-elle plus tôt qu’elle ne le dit ? (Vidéo FR)

Centrafrique : Des Militaires Français et des Soldats Géorgiens de l’EUFOR sont accusés de viols pédophiles (Vidéo FR)

Afrique : Les Agences de l’ONU donnent des cours d’éducation sexuelle à de jeunes africains orphelins du Sida ?!?! (2 Vidéos EN Str FR/EN)

ONU : Abus Sexuels Commis par des Casques Bleus en Afrique – Les Missions de Paix Sont-Elles Efficaces ? (Vidéo FR)

Afrique : Les Abus Sexuels commis par des Casques bleus en Nette Augmentation selon l’ONU (Vidéo FR)

Centrafrique : Scandale d’abus sexuels sur enfants en Centrafrique, Un assistant de l’ONU fond en larmes en pleine Conférence de Presse (Vidéo FR)

ONU : 1ère Résolution Contre les Abus Sexuels Perpétrés par les Casques Bleus (Vidéo FR)