France : Déchéance de nationalité, la droite prie Christiane Taubira de partir du gouvernement


La ministre de la Justice a été désavouée mercredi lors du Conseil des ministres. Après avoir annoncé que l’extension de la déchéance de nationalité n’était pas retenue dans la réforme constitutionnelle, elle a été contrainte de faire machine arrière.

«La parole première est celle du président de la République, la parole dernière est celle du président de la République, point final». Christiane Taubira a été contrainte, mercredi, d’admettre que l’extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux convaincus de terrorisme avait été retenue par le gouvernement. La veille, elle avait annoncé à une radio algérienne que cette mesure avait été écartée.

Lire la suite